<?php the_title() ?>

« Ghosting » : comment réduire la menace du candidat fantôme ?

Votre dernier candidat ne répond plus à vos mails et à vos appels ? Vous êtes probablement en train de vous faire ghoster. Le terme « ghosting » désigne le fait de ne plus avoir de nouvelles du jour au lendemain et sans aucune explication. Le candidat s’est tout simplement volatilisé. Un « candidat fantôme » est source de bien des frustrations pour le recruteur : perte de temps et d’énergie, sentiment d’avoir mal fait, créneau d’entretien bloqué pour rien… Ce phénomène est d’autant plus problématique dans le cas d’un candidat shortlisté. Il peut alors mettre à mal un process de recrutement bien ficelé et, dans le pire des cas, la relation avec le client. Cet article est destiné aux recruteurs qui veulent savoir comment réduire la menace du ghosting.

 

Qu’est-ce que le ghosting en recrutement ?

Le ghosting vient du mot « ghost », qui signifie fantôme en anglais. Dans le domaine du recrutement, la traduction littérale de ghosting est « candidat fantôme ». Le candidat ayant recours à cette pratique fait donc le mort : il ne répond plus au recruteur. Ce dernier se retrouve désemparé, d’autant plus que cette disparition est aussi soudaine qu’inexpliquée.

Le ghosting en recrutement est un phénomène qui a tendance à s’amplifier. De nombreux chargés de recrutement se plaignent de s’être faits ghoster en entretien : ils attendent encore leur candidat alors que le rendez-vous était bien planifié. Pas un appel, ni un simple mail, pour prévenir que la personne ne viendra pas ou qu’elle n’est plus intéressée par le poste.

Est-ce un phénomène de société dû aux nouvelles technologies ? Après tout, le terme ghosting vient de l’univers des sites de rencontres. Il suffit d’un simple clic pour entrer en contact avec quelqu’un… ou pour disparaître de sa vie.

Quoi qu’il en soit, le ghosting bouscule les comportements. Dans la sphère professionnelle, elle peut même avoir de graves conséquences. Pour les recruteurs, la disparition soudaine d’un bon candidat peut mettre à mal les meilleures stratégies de recrutement. De son côté, un candidat habitué au ghosting coure le risque d’être blacklisté par les entreprises et les cabinets de recrutement.

Certains candidats vont rétorquer, à raison, que les recruteurs sont eux aussi familiers de la pratique du ghosting. Trop de recruteurs ne prennent pas le temps de tenir informés leurs candidats de l’avancée des process. Aussi, que vous soyez recruteur ou candidat (si vous êtes les deux à la fois, sachez que nous recrutons !), prévenir votre interlocuteur est la moindre des choses. Cela ne prend que quelques minutes, le temps de rédiger un mail court et explicite.

Recruter plus vite pour éviter la disparition du candidat

La première cause du ghosting de candidat est la lenteur de certains process de recrutement. Il est compliqué de rester motivé lorsque les entretiens s’étalent sur des semaines, voire des mois, sans avoir de retour ni de visibilité sur la suite. Il ne faut alors pas s’étonner si de nombreux candidats s’évaporent en cours de route.

La rapidité des process de recrutement est d’autant plus importante dans le cas de profils pénuriques. Ces candidats très sollicités sont encore moins enclins à perdre leur temps avec des recruteurs peu réactifs. Sans nouvelles de votre part, ils n’hésiteront pas à favoriser d’autres offres. Quand vous les recontacterez, ils seront alors devenus injoignables.

Pour éviter de les perdre, tenez vos candidats informés à chaque étape : CV conforme au besoin, entretien RH validé, candidature shortlistée par les opérationnels, réponse finale sous X jours, etc. Faites-en sorte de compresser au maximum le temps entre chaque étape pour que le process soit le plus court possible. N’hésitez pas à challenger les opérationnels pour qu’ils rencontrent les candidats retenus au plus vite.

Valider l’engagement du candidat durant tout le process de recrutement

Du premier échange jusqu’à la signature de la promesse d’embauche, l’expérience candidat est le facteur clé de la réussite d’un recrutement. En tant que chargé de recrutement, vous devez expliquer clairement les différentes étapes du process dès le premier contact. Le candidat saura ainsi ce que vous attendez de lui et pourra mieux se préparer : il se sentira engagé.

Cette notion d’engagement candidat est fondamentale pour éviter le ghosting. Si vous souhaitez la découvrir plus en détail, avec des exemples concrets, nous vous invitons à lire cet article qui lui est entièrement consacré.

Lorsqu’un imprévu survient dans le process, il est important de prévenir le candidat. Surtout si cela risque de retarder la prise de décision relative à la sélection. Dans ce cas, envoyez un message au candidat pour lui préciser que sa candidature est toujours d’actualité, malgré un léger contre-temps. Prévenez-le immédiatement dès qu’une décision a été prise.

Enfin, gardez à l’esprit qu’il est possible de se faire ghoster même après que le candidat ait signé le contrat. Certaines personnes vont jusqu’à se volatiliser durant la période d’essai. Il est donc important de prêter attention à l’onboarding : accueil du nouveau collaborateur, visite des bureaux, formation, référent… Tout doit être mis en place pour que le nouvel arrivant se sente bien et n’ait pas envie de partir (et encore moins de s’enfuir sans prévenir).

Prendre en compte le ghosting dans sa stratégie de recrutement

En matière de lutte contre le ghosting, il est essentiel de mesurer et d’analyser l’expérience du candidat durant tout votre process de recrutement. Pour cela, étudiez le volume de candidatures pour chacune de vos annonces et suivez la notoriété de votre entreprise sur le web.

Ensuite, n’hésitez pas à demander des feedbacks directement aux candidats (via des questionnaires de satisfaction par exemple). Plus globalement, prenez le temps d’identifier précisément à quelle(s) étape(s) vous perdez le plus de candidats.

Ces informations sont précieuses pour accroître l’expérience candidat et adapter votre processus de recrutement aux attentes du marché. En cas de signaux alarmants, il ne faut pas hésiter à revoir toute votre stratégie de recrutement. Pour cela, sachez que vous pouvez vous faire accompagner par un expert des enjeux d’attraction des talents.

Par ailleurs, soyez vigilant pour détecter le candidat fantôme dès les premières étapes du process de recrutement. Si la personne met du temps à répondre à vos appels et à vos mails, cela doit vous mettre la puce à l’oreille. Afin de désamorcer ces « signaux fantômes », n’hésitez pas à fixer une deadline pour avoir un retour de la part du candidat. Sans réponse au-delà de cette date, sa candidature ne devrait plus être considérée.

 

Le ghosting fait malheureusement partie de la réalité du métier de recruteur. Il ne doit toutefois pas rester une fatalité : il est en effet possible de le détecter et de l’éviter au maximum. Pour cela, l’expérience candidat et une bonne maîtrise de votre process de recrutement sont vos meilleurs atouts.

Vous n’êtes pas un candidat fantôme ? Vous pouvez dans ce cas consulter nos offres d’emplois et lire d’autres articles de notre blog😉

Envie de poursuivre votre lecture ? Les articles de notre blog dédié au recrutement sont faits pour vous. Pensez aussi à jeter un œil à nos annonces de postes !

Auteur

LA TEAM SOLANTIS